Qu’est-ce que l’hyperperméabilité ?

La barrière intestinale, ou muqueuse intestinale, est l’entité fonctionnelle qui sépare la lumière intestinale des tissus internes. Elle est constituée d’une couche de cellules spécialisées : les entérocytes. Il s’agit d’une couche très mince qui se régénère en permanence, les cellules se renouvelant tous les 2 à 6 jours. Celle-ci est repliée sur elle-même afin d’offrir une surface d’échange importante, jusqu’à 400m2. En comparaison, les poumons offrent une surface totale d’environ 70m², la peau 1,5m².

A quoi sert la barrière intestinale ?

Le rôle principal de la barrière intestinale est de permettre l’absorption de différents nutriments nécessaires à l’organisme, c’est-à-dire de les laisser passer dans la circulation sanguine. On parle de « perméabilité » de la barrière intestinale. Celle-ci est en contact avec des substances chimiques, des micro-organismes commensaux, des cellules du système immunitaire et du mucus. Elle est irriguée par des vaisseaux et reliée par des nerfs au système nerveux central. Elle peut être exposée à divers pathogènes et toxines.

Le passage des nutriments peut se faire selon plusieurs types de transport, qui nécessitent ou non la consommation d’énergie. L’eau et les gaz, par exemple, traversent de façon passive du milieu le plus concentré vers le moins concentré. Le glucose, lui, est pris en charge par des protéines spécialisées appelées transporteurs GLUT (GLUcose Transporter). Plusieurs ions sont aussi transportés par voie transcellulaire mais grâce à des structures protéiques nommées « canaux à protons ».

L’altération de la perméabilité intestinale conduit à une hyperperméabilité

Dans ce cas, des molécules invasives ne sont plus bloquées et certaines pénètrent notre organisme. Cette hyperperméabilité peut être causée par une mauvaise hygiène de vie, certains pathogènes, ou en cas de situation de stress ou d’activité physique intense et/ou répétée. Ces conditions provoquent des modifications dans la composition du microbiote, une inflammation et à terme, des lésions de la muqueuse.

Il existe plusieurs mécanismes naturels de régulation de la perméabilité intestinale. Ils font intervenir le calcium, la zonuline (une protéine sécrétée par les entérocytes) ou encore certains micro-organismes commensaux. D’autres tissus du corps humain sont perméables, par exemple la barrière hémato-encéphalique, qui permet de filtrer le sang arrivant au cerveau.

Afin de garder une muqueuse saine, plusieurs solutions sont envisageables comme avoir une alimentation équilibrée en consommant des aliments riches en ferments, en glutamine, en butyrate et en vitamine B2.